DE LA CONFUSION, TELEVISEE
les très faibles lumières du petit écran...

 

En réaction à la polémique sur le documentaire :
ANTI-"SEMITISME", LA PAROLE LIBEREE,
Il nous apparait que ce documentaire et les débats qui sont relatifs au racisme, c'est à dire à l'incitation à la haine,
en l'occurence avec pour thème "le racisme", dans la manière dont ils sont mennés, sont plus une incitation à la haine que ne le serait l'absence d'information sur ce sujet, notemment pour les victimes de ces maux.

1 LE SENS DES MOTS
---------

l'usage du mot anti-"semitisme",
Merite que l'on s'arrête d'abord sur le mot "sémite",
lequel designe les peuples issus de l'arabie à une lointaine époque.
Ces peuples d'origine et d'histoire mellés, sont aujourd'hui, les hébreux, les arabes, les syriaques,* etc..
En terme de races, ( terme qui évoque plus les balbituements classificteurs des siècles passés,
qu'une pensée de l'homme dans sa richesse culturelle)...ces peuples sont tous sémites. En terme
de culture au minimum, le point commun en est la proximité des langues, mais également des
histoires, des references a des textes communs, et a des traditions communes aussi...

2 CULTURE ET CONFLIT
--------

Si l'on veut designer, l'actuel tragédie au moyen orient,
et qualifier, la position des palestiniens "sémites", à l'endroit du gouvernement Israelien et
évoquer de projeter que ce conflit aurait un impact sur les personnes de culture proches qui
seraient touchées par la duretée du conflit.
On ne peut utiliser le terme d'anti-"semitisme", les 2 parties étant sémites de culture et d'ethnie mélangées...

3 QUESTION SUR L'ETHIQUE ET L'ENFANCE
---------

Elie Chouraqui un des deux réalisateurs du documenatire en question, a déclaré, pour justifier sa démarche:
"Ce que je viens chercher, c'est la vérité, la cause du mal" L'idée d'aller chercher la cause du "mal", en interrogeant des enfants, qui sont les premières
victimes, en exposant de manière spectaculaire des situations dont ils ne sauraient etre responsables, ne met-il pas en lumière un manque d'exigence intellectuelle ? et un manque de reflexion ethique (et morale) ?

 

4 LA CONTRADICTION INTERNE
----------

le titre seul, du reportage:
ANTI-SEMITISME, LA PAROLE LIBEREE
n'est il pas une ode à la confusion, et à l'enfermement? n'évoque-t-il pas des notions contradictoires ambigues et globalement stériles?Assenner au spectateur qui s'interroge, "une enquète", mennée tambour battant, qualifiant, Montreuil de "territoire perdu de la Republique",n'est ce pas un abus pueril, et pour les milliers de gens qui y vivent, et oeuvrent à y vivre bien, une provocation ?
Ne peut-on être stupéfait de cette propension à spéctaculariser les difficultés en associant des maux, "mals dits", à des formules ou le commentateur se déplace de l'observant neutre au procureur improvisé, de la Republique. Est ce là le rôle du journaliste, de porter plusieurs casquettes ?
On brosse dans le sens du poil, la réprobation du public pour les difficultés, mais ou veut on en vennir ?

5 TELEVISION ET EFFET DOPPLER, PERTE DU SENS, PAR MIRROITEMENT,
OU EST LA REFLEXION?

---------
"Si les gens se taisent, les problèmes vont grandir" ,(E.C)
Les gens parlent entre eux, mais précisément ce reportage, dans sa démarche, qui scenarise au
nom des gens et pour nous les gens , monte en aiguille des problèmes, "mal nommés" par le
commentateur, au centre desquels, le commentateur, dans un soucis d'efficacité narrative, est
en difficulté pour manier des raisonements qui aideraient à sortir de ces situations domageables
autrement, et se laisse aller à montrer les conséquences, comme étant les causes.
Par des effets de mirroirs on assiste ainsi à une perte du contenu, de la même manière que, si
l'on met une camera en face d'un ecran, qui filme cet écran, ces successions de reflets vont en
perdant de la lumière.
(effet dopller)

 

6 SINCERES MANIPULATIONS

---------

André Malraux : « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde »

"ANTI-SEMITISME: LA PAROLE LIBEREE"
nous apparait sous l'angle des points cités entrer précisément dans la catégorie des faits visés
par Malraux.

- qualification impropre d'une situation par la notion éludée d'"anti-sémitisme"
- recherche de "la véritée" chez des enfants, alors que les adultes rencontrent des difficultés
eux même à avancer dans le sens de la résolution des conflits.
Celà ne relève-t-il pas d'une simplification domageable, pour la société civile, et d'un manque
d'exigence morale vis a vis des enfants, et du public, et de l'information en général ?

7 LA CAUSE DU MAL, LA VERITE ?
BARRAGOUIN ET ABRUTISSEMENT SUR UNE CHAINE PUBLIQUE

----------

" ce que je viens chercher, c'est la vérité, la cause du mal,"
la vérité, la cause du mal
Ne sauraient être associées dans la même phrase, sans qu'on ne puisse y constater que chez
l'auteur du propos: la volontée de comprendre, est annulée par l'indistinction , entre,
justement: la vérité, et la cause du "mal".
Le terme "mal", désignant l'état d'incomprehension des uns et des autres.
Cette indistinction, entre une véritée, que le commentateur de sa réalisation, vient chercher,
il admet ne pas l'avoir en lui, car il vient la chercher, on peut supposer que:
- de cette vérité cherchée, surgirait, pour le spectateur, si ce n'est une solution aux
problèmes carractérisés, au moins des éléments permettant de batir une réponse appropriée.
Cependant, si la véritée et la cause du mal ne sont pas distinctes,
ou distinguées, la véritée peut-elle être la cause du mal ?

La simplicité de l'expression,
vehicule une complexité, mais pas de logique,
et même une absence de logique,
il s'agit d'une formulation irrationnelle.
qui ne se refère qu'à l'intentionalité, et ou l'"auteur", n'est pas journaliste, mais acteur et auteur.
Le spectateur est alors face, non plus à des faits, non-plus face à une enquète,
mais à un auteur et à son intention:
" ce que je viens chercher, c'estla vérité, la cause du mal,"

Ceci n'a pas été précisé préalablement, et comme souligné précédement:

la "complexité", dans la description
au sens d'un détachement de l'usage des mots par rapport à leur signification,
et de leur assemblage par des formulations éventuelement anti-thétiques,
(vérité, cause du mal)
au profit, d'une efficacité de choc verbal,
sans autre référence que l'affirmation d'une intentionnalité
(ce que je viens chercher)
n'est pas pour le public de la television (et en général) ,
un modèle de reflexion, car il n'inclus pas de referentiel autre,
que la crédibilité/sincérité de son auteur.
En excluant par un usage de formules contradictoire à base de notions non précises, que le
spectateur puisse avoir recours à la raison commune, pour suivre, ce qu'il croit être une enquête journalistique,
le document devient en fait tout et rien à la fois.
ce qui est préjudiciable au credit de la television
et prejudiciable pour les spectateur d'une chaine publique,
dont la mission est d'informer, et ni de conformer ni de confondre...

8 LA CONFUSION

--------------------
Comme nous l'avons indiqué, est également relative au nommage innaproprié d'une situation
"l'anti-semitisme", relevant de par son sens d'une réaction négative à la culture "sémite", à
defaut d'un autre mot et de la confusion entre Race et culture, malheureusement, à l'origine de ces "maux".
Si l'auteur ne fait pas l'effort de reflechir, à quel titre son public est il tennu de se croire
informé d'autre chose que de ses convictions, non articulées rationelement, et relevant de "la verité, cause du mal , que l'auteur est venu chercher"...
par conséquent, la conjonction de ces approximations:
Une démarche visant à chercher la vérité chez les enfants, alors qu'ils ne peuvent être tenus
légalement, et ethiquement pour responsables, revient automatiquement à instrumentaliser leur
désarroi, et non à faire la lumière sur les causes.

Et la formulation de l'information, sous la formé résumée:
ANTI-SEMITISME: la parole libérée.
Comme titre du "reportage",
génère:
par l'approximation du premier terme, ANTI-SEMITISME
et son association à la formule "La parole Libérée"
désignant "la parole"
comme une libération du "mal", précédément "mal nommé",
une confusion "spectaculaire" et infantilisante,
d'entrée nuisible à la volontée souhaitable pour tout le monde de clarifier les situations, à
l'aide de la reflexion et de la logique.

Ces commentaires sur la confusion on pour objet de démontrer: que
- par des formules emphatiques relevant d'une popularisation de l'éventuelle "pensée
approximative" prêtée au public (qui demande mieux et pense mieux),
- par des affirmations sans logique et sans fondement sémantique,
en se plaçant tantôt dedans (né à Montreuil, mon oeil),
tantôt dehors (travail journalistique)
tantôt au dessus (territoire perdu de la Republique)
l'auteur a constitué un montage par des images filmés, et travaillés en post-production,
d'images accompagnés d'un discours, visant à produire un état de confusion, et d'éventuelles
affirmations qu'il ne peut articuler par la pensée rationnelle.
Ce, au détriment de l'attente légitime du spectateur, qui ne saurait admettre pour les raisons
citées, que la simple sincérité proclamée d'un "auteur", sur des sujets aussi graves, fasse
l'économie de la reflexion, et emploie un langage qui précisément s'y oppose.
Ainsi le constat d'impuissance de l'auteur, ne saurait être imposé à tous ceux qui vivent, aussi
bien que possible la ségrégation et le racisme, comme à ceux qui ont à coeur de vivre en Paix et
d'oeuvrer par leur bonne volonté et leur compréhension des autres, à ce que tout le monde vive
heureux.

France2, doit prendre ses responsabilités et un media comme la television, ne peut faire
l'economie d'une reflexion, sur l'ethique de l'information, sous peine de devennir justement "un
territoire perdu de la Republique", sur lequel il vaut mieux fermer les yeux.

Un retour à l'Ecole, ne s'impose t-il pas, pour ceux qui utilisent la langue en ignorant: les
mots, l'ethique, et l'usage du raisonement logique?
comment traiter de sujets graves?
Une rigueur et une connaissance même moyenne dans ces domaines, ne sont ils pas plus utiles, que
la scénarisation des difficultés des enfants à vivre dans un monde...ou l'on peut se demander si
lumière du petit écran n'est pas faible? et même plus que d'être faible, source d'obscurité....?

Me basant, sur les mots repris par la presse, je souhaiterai recevoir une k7 de l'emission, afin
d'en faire une analyse détaillée.
Si vous en disposez merci de mailler: 007ZYCK@ifrance.com

17/20/27 mars 2004
tous droits de reproductions autorisés

* suite à un email, j'ai enlevé de cette énumération, les Perses que j'avais inclus par erreur.